Le saviez-vous ?

Mener une vie de bâton de chaise

(MENER UNE VIE AGITEÉ, DÉSORDONNÉE)
Posté par Agnès Vidal le 25-10-2021 à 05h 10
(6 Lecture(s))
Articles du même auteur

Cette expression nous vient du XVIIe siècle, époque à laquelle les "chaises à porteurs" sont apparues en France...


Le saviez-vous ?

Pleurer comme une madeleine

(ÊTRE SUBMERGÉ PAR L’ÉMOTION)
Posté par Agnès Vidal le 12-10-2021 à 06h 10
(15 Lecture(s))
Articles du même auteur

Elle renvoie à l’histoire de Marie-Madeleine dans le Nouveau Testament, une prostituée repentie....


Le saviez-vous ?

Avoir un nom à coucher dehors

(PORTER UN NOM ORIGINAL, PEU COURANT)
Posté par Agnès Vidal le 28-09-2021 à 07h 09
(20 Lecture(s))
Articles du même auteur

À l'époque médiévale, les personnes étaient classées dans les auberges selon leur nom. Ainsi, ceux qui avaient des noms de famille nobles pouvaient avoir accès à des chambres dans l'auberge en priorité alors que d'autres, comme les roturiers ou ceux qui portaient un nom à consonance étrangère devaient coucher dehors.


Le saviez-vous ?

Poireauter

(ATTENDRE LONGTEMPS QUELQU’UN)
Posté par Agnès Vidal le 13-09-2021 à 10h 09
(26 Lecture(s))
Articles du même auteur

Cette expression est apparue dans le courant du XIXe siècle : en raison de sa forme allongée, ce légume doit être bien enraciné dans la terre, afin de pouvoir pousser convenablement à la verticale pendant tout l’hiver. En s’inspirant de cette image, les jardiniers de l’époque utilisaient l’expression «faire le poireau» pour parler d’une personne immobile.

Elle s’est ensuite popularisée, notamment pour désigner les soldats chargés de monter la garde devant un bâtiment par exemple.

Le saviez-vous ?

Baragouiner

(LORSQU’ON A DU MAL À TROUVER SES MOTS)
Posté par Agnès Vidal le 18-10-2021 à 11h 10
(17 Lecture(s))
Articles du même auteur

Expression qui tire son origine de la langue bretonne et plus particulièrement de deux mots : "bara" qui désigne pain et "gwin" qui signifie vin.


Le saviez-vous ?

Être charrette

(AVOIR BEAUCOUP DE TRAVAIL URGENT)
Posté par Agnès Vidal le 04-10-2021 à 07h 10
(18 Lecture(s))
Articles du même auteur

Expression française du XIXème siècle et qui aurait des origines bien parisiennes puisqu’elle serait issue de la célèbre Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais. Elle serait sortie droit du jargon des architectes. En effet, les étudiants en architecture qui avaient un travail urgent à faire en matière de dessins, cartons et maquettes avaient principalement recours aux charrettes des livreurs et vendeurs des rues qui étaient installés près de la gare Montparnasse, donc pas loin de l’école, pour descendre leurs grands châssis car les rendus avaient lieu à midi précise.


Le saviez-vous ?

Ronger son frein

(CONTENIR SA COL ÈRE)
Posté par Agnès Vidal le 20-09-2021 à 07h 09
(26 Lecture(s))
Articles du même auteur

Une expression apparue au XIVe siècle dans le domaine de l’équitation. A cette époque, les cavaliers utilisaient le mot "frein" pour faire référence au fameux mors du cheval, mais lorsque le cheval est laissé seul, il arrive qu’il s’impatiente et ronge ainsi son frein – littéralement – en attendant le retour de son cavalier.


Le saviez-vous ?

Demain, on rase gratis

(faire des promesses que l'on ne tient pas)
Posté par Agnès Vidal le 08-09-2021 à 03h 09
(29 Lecture(s))
Articles du même auteur

Cette expression viendrait d'un barbier qui aurait accroché à l'entrée de son échoppe l’écriteau : "demain on rase gratis". Mais notre artisan, près de ses sous, l'y laissait tous les jours.
Par conséquent, le naïf qui, le lendemain du jour où il avait vu la pancarte, venait se faire raser ou couper les cheveux et qui s'étonnait de devoir quand même payer, s'entendait répondre : "oui, mais il y a écrit que c'est demain que c'est gratuit".



CSS-JJD

/* Ajout d'un style pour les logos des commissions */
Design by: XOOPS UI/UX Team